5
SEPT. 2020
Espace public : la table ouverte
flèche bleue
Architectes, urbanistes mais aussi élu-e-s, institutionnels, promoteurs, artistes, cuisiniers, écrivains... En tout, l’association réunit près de 130 personnes pour partager et échanger leurs points de vue et idées autour de cette table ouverte. Le cœur de nos recherches : ce qu’une ville différente pourrait offrir pour améliorer la vie de ceux qui l’habitent. Cela a donné lieu à l’écriture par 35 contributeur-ice-s de textes autour de 10 thématiques imposées : le risque, l’accueil, le désir...                                                                                                               
12h - 16h30
Friche de la Belle de Mai - 41 Rue Jobin, 13003 Marseille
5SEPT. 2020
12h - 16h30
Espace public : la table ouverte
flèche bleue
Architectes, urbanistes mais aussi élu-e-s, institutionnels, promoteurs, artistes, cuisiniers, écrivains... En tout, l’association réunit près de 130 personnes pour partager et échanger leurs points de vue et idées autour de cette table ouverte. Le cœur de nos recherches : ce qu’une ville différente pourrait offrir pour améliorer la vie de ceux qui l’habitent. Cela a donné lieu à l’écriture par 35 contributeur-ice-s de textes autour de 10 thématiques imposées : le risque, l’accueil, le désir...
Friche de la Belle de Mai - 41 Rue Jobin, 13003 Marseille

Au début de la pandémie de Covid-19, Va jouer dehors ! ouvre le groupe Facebook « Espace public », destiné à faciliter les échanges dans un moment de distanciation et de confinement. Son succès inspire l’organisation, une fois les restrictions levées, d’une table ouverte afin que ses membres se rencontrent et continuent à imaginer des possibles, ensemble.

Pour cet événement, Matthieu Poitevin définit les 10 thématiques suivantes, auxquelles il associe des contributeur-ice-s, invité-e-s à écrire un texte lu pendant le repas. Celui-ci est suivi d’échanges modérés par Matthieu Poitevin et Sipane Hoh.

 

LE PARTAGE

La quasi-disparition de mitoyenneté dans les programmes urbains pour ne faire que des macro-lots n’a-t-elle pas entraîné la disparition d’une forme de rue plus propice à tisser des liens urbains ? La rue comme espace de cohésion sociale.

Clément Thery – Hélène Thomas – Carmen Peyron – Valérie Manteau

 

LE CONFORT

« La normalité c’est une rue pavée. C’est confortable pour marcher mais les fleurs n’y poussent pas. » (Van Gogh) A force de vouloir être confortable, la ville n’est-elle pas devenue conformiste ?

Mathilde Chaboche – François Leclercq

 

L’INTUITION

Est-ce que cette période récente a modifié votre perception des choses et votre façon de concevoir votre métier ?

Ingrid Taillandier – Stéphane Herpin – Raphaëlle Segond

 

LE COURAGE

Un quart des Parisiens a quitté la ville pendant le confinement. Et si cet exode devenait durable ? Cela pose la question de la densité ? Il faut être dense pour protéger la terre pourtant, alors comment ? Comment combattre la dictature technocratique et réglementaire qui nous est imposée et qui massacre les projets ?

Olivia Fortin – Julie Fontin – Françoise Raynaud

 

LE RISQUE

Quels seraient les risques que l’architecture devrait prendre, dorénavant ? Croyez-vous possible de créer sans risquer ?

Nicolas Mattei – Sipane Hoh

 

LA POESIE

Est-ce que la culture sous toutes ses formes ne doit pas être un contrepoids à la société hygiéniste que l’on nous prépare ? La ville devrait pouvoir être adaptative et inclusive donc, nous n’avons pas parlé du temps. Comment tenir compte du temps en architecture ? Et ne doit-on pas s’inspirer du vivant ? Ne devrait-on pas redonner la ville à des auteurs plutôt qu’à des spécialistes ?

Catherine Blondeau – Serge Joly – Youssef Thomé

 

LE DESIR

La fonction essentielle de l’architecture n’est- elle pas de surprendre, de capter les ondes, de suggérer l’imaginaire et les émotions, d’érotiser l’espace et le temps. Elle le fait avec les ombres, en désobéissant aux règles, en rendant l’impossible imminent. Ne devrait-elle pas avant tout susciter du désir ?

Paul Guillet – Valentine Guichardaz

 

LA BEAUTE

Si la laideur enrichit financièrement celui qui la commande, elle l’appauvrit dans sa sensibilité. La beauté c’est l’inverse. Quand est-ce que la vulgarité sera traitée comme une carie et que la place de l’intelligence sera blanchie ? Quand est-ce que la beauté ne sera plus une quête mais une évidence ? Christine Dalnoky – Anne-Valérie Gasc – Emmanuel Perronin

 

L’ACCUEIL
L’une des fonctions essentielles de la ville est d’accueillir. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Comment l’espace public pourrait-il devenir un nouvel espace d’accueil ?

Claude Bertolino – Nicolas Detrie Olivier Leclercq

 

L’AMOUR

Espace public et espace libre sont-ils synonymes ? Pourquoi aime-t-on une ville ?

Clémence Broc – Léa Maréchal – Amélie Brule

Idiko Hammer – Marielle Macé

Plus d'images de l'événement